top of page

Stuart Pearson devient sombre et profond à Mojave

 

par  Bob Smith -The Static Dive

La jeunesse de Stuart Pearson l'a emmené de la banlieue de Long Island au Midwest rural, puis de nouveau à l'Est jusqu'à la jungle de béton de Manhattan. Enfant, la musique était son échappatoire et sa catharsis alors qu'il luttait contre l'épilepsie. Ses voyages ont exposé le jeune artiste à une riche tapisserie de la musique nord-américaine, du chanteur/compositeur classique Folk de légendes comme Leonard Cohen et l'icône country Johnny Cash aux héros proto-punk et glam de la scène CBGB comme les New York Dolls, Télévision, Ramones et bien sûr le Velvet Underground de Lou Reed. Son son a été influencé à la fois par la tradition et la révolution.

Avec son groupe "Through the Woods", Pearson a moulé ces influences dans un nouveau genre de musique unique maintenant appelé Dark Americana. Le groupe a joué tout au long des années 90 en mélangeant une esthétique postmoderne avec une ambiance Alt-Country et un choix d'instruments extrêmement créatif, des glockenspiels aux enjoliveurs. Dans les années 2000, Stuart Pearson a lancé une carrière solo qui a produit une demi-douzaine d'albums d'exploration musicale tout aussi aventureuse.
 

"En 2007, j'ai joué sur la tournée Taste of Chaos et The Warped Tour en utilisant un Slinky, un singe jouet jouant de la cymbale, des jouets de Noël télécommandés, un accordéon, une vielle à roue et un piano jouet, jouant des chansons Hip-hop et Metal." - Stuart Pearson

 

"Mojave" est le dernier album de Stuart Pearson, sorti dans le monde entier sur tous les principaux services de streaming le 30 octobre 2021. La collection de 10 chansons est la deuxième d'une série d'albums Dark Americana, après "Dark Americana: Stories and Songs. " Tout au long du disque, Pearson nous emmène dans un voyage à travers les routes secondaires, les autoroutes perdues et les coins sombres de l'Amérique.
 

Le disque s'ouvre sur son morceau Americana le plus traditionnel. "Like a House With Broken Windows" trouve le protagoniste de la chanson utilisant la comparaison pour brosser un tableau des péchés et des secrets de sa propre vie. Un ensemble de guitares acoustiques, électriques et métalliques, de mandoline, de basse et de batterie joue alors que Stuart Pearson fait allusion à ce qui va arriver, chantant « tous les méchants que j'ai été ».  
 

« Down the Ravine » introduit un côté avant-gardiste cool. Invoquant le grand Tom Waits, Stuart Pearson riffs sur l'imagerie effrayante que suggère le titre de la chanson, tandis que le groupe livre un blues sale à la poubelle.

 

"Dragging the Lake (on the Day of the Dead)" suit avec un son plus grand public mais un sujet tout aussi sombre. Le son rappelle le brillant travail solo de Robbie Robertson de The Band.
 

Sur « Are They Digging Your Grave (or are they digging mine) », le chanteur livre un baryton country profond et une poésie sombre sur un rythme de tambour de marche funèbre western classique, piétinant et applaudissant. Tant dans le style que dans le fond, la chanson se situe quelque part entre le pays de feu et de soufre de Johnny Cash et le Folk émotionnellement torturé de Leonard Cohen.
 

"You Don't See Me (Jimmy Crack Corn)" nous emmène dans l'un des coins les plus sombres de ce thriller psychologique. Un rythme lo-fi churns, alimenté par  Riffs de saxophone de style morphine. Une guitare trémolo et des accords d'orgue distants flottent à la périphérie tandis que le chanteur livre un monologue du point de vue d'un homme qui peut être un harceleur, un violeur, un fantôme ou les trois. C'est une vraie plante grimpante, et c'est fantastique.
 

Musicalement, "The Interstate" est une course folle. Sur la piste, Stuart Pearson associe un rythme ferroviaire classique à un mélange de sons traditionnels et exotiques. Bien que le groupe soit composé d'instruments de blues et de country américains standard, avec une combinaison de guitares et de Jaw Harp, il invoque l'âme d'un didgeridoo aborigène et entreprend ce road trip meurtrier en faisant un détour par l'outback australien.
 

En apparence, "One Cut" sonne comme une belle chanson d'amour Country/Folk. La chanteuse invitée Hunter Lowry chante son amour et sa dévotion envers son mari. Cependant, il est vite évident que quelque chose ne va pas. Elle est folle. Au terme de cette belle ballade mélancolique, on se rend compte que la mariée entend sauver l'âme de son amant et la sienne par un meurtre/suicide sanglant.
 

Le sinistre "You Never Really Know" suit avec un arrangement cinématographique. La voix théâtrale et profonde de Stuart Pearson qui se situe quelque part entre Nick Cave et  Le veilleur de nuit de Tom Morello.
 

Tout au long de "Mojave", les méchants / filles semblent gagner. Leurs crimes ne paraissent punis que par une folie toujours plus grande. "Tomorrow's Gonna Hunt You Down" suggère des représailles possibles, bien qu'il ne soit pas tout à fait clair si ce sont les coupables ou les innocents qui paieront, si quelqu'un est vraiment innocent dans ce conte de Dark Americana. Le morceau contient une bonne dose de psychédélisme et un solo de violon prolongé et cool.


L'album se termine sur « Dance Skeletons Dance », un mélange éclectique de batterie de surf, de drame rock progressif, de violons et de sous-rythmes de castinet. Pendant ce temps, Stuart Pearson chante un soliloque de baryton profond du point de vue d'un tueur surveillant le carnage de sa vie.  
 

Musicalement, "Mojave" est un mélange riche et satisfaisant de passé et de futur, de tradition et d'avant-garde. Avec un sens intrépide de l'aventure, Stuart Pearson explore les nombreuses nuances de la musique américaine. Aucune pierre n'est laissée au hasard, du delta du Mississippi aux plaines occidentales et aux galeries d'art de Greenwich Village. Sur le plan des paroles, le disque est comme une collection de nouvelles psychodramatiques qui plongent profondément dans les éléments les plus dérangeants de la psyché humaine. Imaginez un roman de Stephen King lu par l'antagoniste meurtrier des histoires, avec une bande-son groovy d'Americana psychédélique. C'est profond, sombre et infiniment dérangeant. Et c'est très amusant.
 

Découvrez "Mojave" dans son intégralité ci-dessous ou écoutez sur votre  service de diffusion en continu préféré . Vous pouvez également entendre le morceau « Down in the Ravine » sur le  Plongée indé profonde  liste de lecture . Suivez les liens ci-dessous pour communiquer avec Stuart Pearson. Accédez à ses réseaux sociaux et puisez dans son riche catalogue de musique.
 

READ MORE ARTICLES

 

bottom of page