top of page

INTERVIEW - VOYAGE L.A . 02-28-24
 

Aujourd'hui, nous vous présentons Stuart Pearson.

Bonjour Stuart, je suis ravi que vous soyez avec nous aujourd'hui. Que pouvez-vous nous dire sur votre histoire ? 
 

Tout d'abord, merci à VoyageLA d'avoir frappé à ma porte pour une mise à jour ! Un petit récapitulatif, donc. Je suis originaire de Long Island et je vis maintenant dans la Southbay avec ma femme et mon partenaire de chant, Hunter Lowry. La musique que je fais ces jours-ci est du côté sombre. Dark Americana est en quelque sorte le mauvais côté de Yeehaw. Il s'agit d'enregistrer sur votre réfrigérateur des photographies en noir et blanc de diverses catastrophes imminentes. Je viens de sortir le troisième album de cette série, intitulé "Dark Americana 3 : American Gothic". Le premier album, "Stories and Songs", a été créé pour Manhattan Production Music à New York. Il s'agit d'une sorte de folk antique qui rencontre des vibrations psychédéliques effrayantes. Certaines de mes chansons les plus sombres se trouvent sur cet album. Le deuxième album, "Mojave", est disponible en vinyle et en CD chez May I Records en France. Il est un peu plus moderne que "S & S" et utilise les villes en ruine près de la mer de Salton comme métaphore de la décadence rapide de l'Amérique. Il s'agit d'un western gothique qui donne la chair de poule. La dernière, "American Gothic", est ma tentative maladroite de dépeindre la crise d'identité de l'Amérique. Plus moderne que les deux précédentes, elle se situe quelque part entre les plus grands péchés de l'Amérique et l'au-delà. Je ne sais pas trop comment elle a fini dans ce wagon de queue ! Il y a des tonnes d'extraits des trois albums, donc plus de noirceur en perspective. Jusqu'à présent, j'en ai publié quelques-unes sur Spotify et d'autres par le biais de ma lettre d'information.

Diriez-vous que le chemin a été facile et, si ce n'est pas le cas, quels sont les plus grands défis que vous avez dû relever en cours de route ?

Les difficultés sont une sorte de sous-thème d'"American Gothic". Il a fallu 18 mois pour le réaliser. Je n'arrêtais pas de changer de direction. Au début, je pensais que ce serait un album de chansons de carnaval. Mais non ! Puis ce devait être un album de chansons folk et de déclarations politiques. Non (Hunter m'a menacé avec un râteau quand je lui ai parlé de cette idée). Cela s'est transformé en une étrange bataille entre ce que l'Amérique a été et ce qui se passe après la mort. Après avoir rejeté 18 chansons, je n'arrivais pas à trouver la dernière chanson pour l'album ou la pochette. Hunter et moi sommes allés à Santa Fe, au Nouveau-Mexique, pour chercher une réponse. Nous avons trouvé plus que ce à quoi nous nous attendions !

Dans une galerie d'art populaire (Xanadu - salut Alan !), nous avons trouvé de l'art du fil Wixarika. On les appelle aussi les Huichols, mais ils se nomment eux-mêmes Wixarika. Ce peuple est venu du Mexique et se trouvait si loin dans les montagnes que les Espagnols ne le connaissaient pas et qu'il n'a jamais été conquis. Certaines de leurs coutumes remontent aux Aztèques. Malheureusement, bien qu'ils aient survécu pendant des milliers d'années, leur culture est en train de s'éteindre parce que leurs enfants aspirent à des modes de vie occidentaux plus faciles et plus modernes. Il y a donc moins de chamans (leur religion repose sur le peyotl), le gouvernement mexicain les a repoussés plus loin dans les collines et beaucoup vivent sans le confort moderne, comme la plomberie et l'électricité. L'alcoolisme est également un problème.

Hunter et moi sommes tombés amoureux d'une œuvre d'art en fil appelée Niereka. Nous connaissions le nom de l'artiste (Hilaria Chavez Carrillo), mais nous ne savions pas comment la joindre. C'est ainsi qu'a commencé une recherche de quatre mois. Il a fallu un galeriste au Nouveau-Mexique, puis un galeriste à Puerto Vallarta (Peyote People - salut Kevin !), et deux organisations de défense des droits de l'homme pour parvenir à contacter Hilaria et obtenir les droits d'utiliser la Niereka pour la pochette de l'album. Elle est la veuve de Jose Benitez Sanchez, un chaman considéré comme le plus grand artiste du fil au monde. C'est lui qui l'a formée et, franchement, je trouve que son travail est de loin supérieur. Elle vit dans un ranch, dans un village de montagne, à trois heures (en camion) de la ville la plus proche disposant d'Internet, qui se trouve à trois heures de Puerto Vallarta.

Certains m'ont dit de l'utiliser, qu'elle ne le saurait jamais, mais non. Je ne peux pas faire cela à un autre artiste. L'œuvre est hypnotique. En fait, si vous la regardez avec des lunettes 3D, des sections vous sautent aux yeux, même en la regardant en ligne. L'œuvre et l'histoire des Wixarika ont inspiré la dernière chanson de l'album, "One Old Coyote". Elle évoque le passage d'une culture, alors qu'un parent dit au revoir à son enfant, qui part pour une nouvelle vie. "Et un vieux coyote se couche pour dormir. C'était la meilleure façon de terminer "American Gothic". Le Niereka me rend humble lorsque je le regarde.

Merci - alors, qu'est-ce que nos lecteurs devraient savoir de plus sur votre travail et sur ce sur quoi vous vous concentrez actuellement ?

Un producteur local de théâtre radiophonique m'a demandé d'écrire une série de pièces radiophoniques basées sur les chansons de Dark Americana. Je ne peux pas vous en dire trop pour l'instant, sauf qu'il y aura 10 épisodes, chacun mettant en scène et explorant les couches d'une des chansons. Ce que je PEUX dire pour l'instant, c'est qu'elles font froid dans le dos. À terme, la série sera disponible partout où vous écoutez des podcasts et peut-être aussi sur les radios terrestres. Je suis très enthousiaste.

Avant de vous laisser partir, nous devons vous demander si vous avez des conseils à donner à ceux qui débutent.

Vous continuez à travailler. Les plombiers font de la plomberie. Les artistes font de l'art. N'arrêtez pas de travailler sur ce qui vous passionne. Ce n'est pas grave si personne n'aime. Si VOUS l'aimez, alors vous avez validé votre existence dans cette simulation bizarre dans laquelle nous vivons.

bottom of page