top of page

PAROLES DE CHANSON

Dark Americana : histoires et chansons

ASCENSION ET CHUTE

Stuart Pearson

Les gens vivent dans la montée et la chute

Les gens vivent la montée et la chute.

Battez-les, brisez leurs os,

Ils ont tout vu.

Parce qu'ils ont vécu l'ascension et la chute.

 

Les gens prient dans l'église de la douleur.

Les gens prient dans l'église de la douleur.

Ils lèvent la main,

Et réprimande les péchés qu'ils ont commis,

Quand ils prient dans l'église de la douleur.

 

Les gens meurent de l'ascension et de la chute

Les gens meurent de l'ascension et de la chute.

Ils les déposent,

Au sein du Tout,

Quand ils meurent de l'ascension et de la chute.

J'AI PARLÉ AU DIABLE DE TOI

Stuart Pearson / Hunter Lowry

J'ai parlé au diable de toi

J'ai parlé au diable de toi

J'ai parlé au diable de toi

Il m'a parlé de ton péché secret

De toute la culpabilité que tu as en toi

Il voit sous ta peau douce…

Maintenant je sais... parce que  J'ai parlé de toi au diable.

Il ne le voulait pas d'une autre manière,

Il ne le voulait pas d'une autre manière

Il n'y a plus rien que je puisse dire

Il ne voulait pas qu'il en soit autrement.

 

J'ai essayé de protester, essayé de courir

J'ai essayé de jeter l'arme

Mais il voulait juste s'amuser...

Je ne sais pas… je viens de parler de toi au diable

J'ai parlé au diable de toi

 

Il l'a sifflé doucement dans mon oreille

m'a dit que je n'avais rien à craindre

La prochaine chose que je savais, je me tenais ici.

Je ne sais pas comment… mais j'ai parlé de toi au diable

 

Il a dit de te regarder pendant que tu meurs

Il a dit de te regarder pendant que tu meurs

Voir la noirceur dans tes yeux

Mets fin à tous tes mensonges

 

Quand tu le vois dire j'ai dit bonjour

Fais-moi un clin d'œil quand tu seras en dessous

Je vous attraperai tous les deux quand je partirai

  Maintenant tu sais...  J'ai parlé au diable de toi

J'ai parlé au diable de toi

J'ai parlé au diable de toi

ALORS ELLE EST PARTIE

Stuart Pearson / Hunter Lowry

Elle te fera pâmer dans ta chambre de motel,

Elle est le secret que tu ne diras pas

 

Tu ne connais pas son nom, elle est dans toutes les veines

Jusqu'à ce qu'elle t'emmène au doux enfer,  puis elle est partie

 

C'est une affaire chaude, la voir partout

Ce n'est pas du désir mais de l'obsession

 

Celle que tu ne peux pas ignorer, c'est ta partition préférée

Mais l'âme de la discrétion

Puis elle est partie.

 

Si tu es perdu, elle est retrouvée, elle t'entraînera vers le bas,

Je ne peux pas résister à sa séduction

 

Cette faible odeur de péché, laisse entrer les ténèbres,

Cette délicieuse destruction.

 

Piégé sans issue, dans son étreinte serrée

A la recherche d'un dédommagement

 

Voir le sourire jubilatoire, sachez que vous resterez un certain temps

Au-delà de toute absolution,  Puis elle est partie.


 

EST-CE TOUJOURS LA MEME

Stuart Pearson / Hunter Lowry

Aide-moi à mettre ma robe de chambre et aide-moi à me relever

Emmenez-moi à la cuisine, il pourrait y avoir quelque chose à manger

Je ne suis pas sorti depuis peut-être six ou sept semaines

Dis-moi, c'est toujours pareil ?

 

Regardez à l'intérieur du placard, vous pourriez y trouver du pain

Tu as l'air familier - même si je me souviens des cheveux plus foncés

Il fait assez froid ici mais je ne semble pas m'en soucier

Dis-moi, est-ce toujours pareil ?

 

Pouvez-vous me dire ce qui se passe là-bas?

La plupart du temps je reste dans mon lit ou parfois sur ma chaise

Je suis toujours terrifié mais je ne succomberai pas à mon désespoir

Dis-moi juste, est-ce toujours pareil ?

 

Je me suis caché ici à l'intérieur de ma maison depuis que tout s'est mal passé

J'espère que les choses pourront s'arranger et que cela ne prendra pas trop de temps

   Je ne sais pas combien de temps j'ai, je n'ai jamais été trop fort

Mais dis-moi, est-ce toujours pareil ?

 

J'espère qu'il n'arrive rien à un bel homme comme toi

Tu ressembles beaucoup à mon premier fils quand il avait 22 ans

J'aimerais pouvoir venir avec toi mais il n'y a rien que je puisse faire

Dis-moi, est-ce toujours pareil ?

Dites-moi juste... est-ce toujours pareil ?

LA TEMPÊTE PARFAITE

Stuart Pearson

J'ai rêvé de toi alors que le ciel s'enflammait.

Nous avons monté toutes les portes et fenêtres.

Le sol en dessous de nous s'est ouvert sur une fosse qui luisait rouge sang

vous avez ri et avez dit " sautez dedans - c'est là que le péché va ".

Il n'y a pas d'aumône à faire aux pauvres, 

il n'y a pas de calme à donner aux méprisés

Pas de décompte pour les cadeaux que tu as donnés dans la honte

Je mentirais pour te donner la foi,

mais je n'ai jamais appris ce métier 

C'est le Perfect Storm qui a époustouflé mon amour.

 

Les épouvantails témoignaient mal d'un avenir né dans la pierre

Le sol rotait de plus en plus froid à chaque coup de pelle.

Les vents martelés avec la langue d'un marin
Embrassé par un osselet,

La suie devenait plus noire dans cette nuit pleine de corbeaux.

Tous les berceaux en détresse

Chaque visage n'a pas été caressé

La gauche bienveillante et droite calomniée.

Je t'ai connu quand tu pleurais

Le plus beau moment de cette nuit

C'est le Perfect Storm qui a laissé mon amour derrière lui.

 

Chaque âme a regardé dans l'espace

Aspirant à ce meilleur endroit.

Ils ont léché le jus que la vie a répandu sur sa chaussure.

Les cratères dans tes yeux

La sensation de joie que je méprise

C'est la Perfect Storm qui t'a pris mon amour.

 

Les araignées commencent votre filature mettez votre cœur dans votre métier

Préparez-vous à être le dernier médecin du désir.

Je trouverai ma tendresse nécessaire à l'intérieur d'un arbre en acier

Demeurant dans les bras puissants de mes surveillants.

 

Il n'y a pas de chanson sur les collines

Il n'y a pas encore de rivière qui coule.

J'ai prié et prié pour atteindre cet état d'esprit

Les moments grisés sont tombés

ne laissant rien à dire

C'est le Perfect Storm qui a laissé mon amour derrière lui .

LA DERNIÈRE CABINE HORS DE VEGAS

Stuart Pearson

La chaleur fait tout onduler,

qui soulève la poussière de la route,

Et tandis que le ciel passe de l'orange au brun puis au noir,

on se sent loin de chez soi.

Je n'ai jamais fait le calcul, je n'ai jamais pris le chemin,

Cela conduit à des virages logiques.

Vous dites que c'est le dernier taxi, le dernier taxi de Vegas.

 

Il y a quelque chose de gros sur le toit.

La lune est une silhouette triste.

Et chaque brise est le défi d'un adolescent d'y aller seul,

Où l'obscurité n'oubliera pas.

C'est inéluctable, et je n'en suis pas capable,

De dire "non" quand je devrais,

Et c'est le dernier taxi, le dernier taxi hors de Vegas.

 

Chaque son est un écho,        
Chaque lumière flotte si lentement,

ils sont bluffés,      
Comme des feuilles dans la nuit.

JE LUI DONNE DU CHARBON

Stuart Pearson / Hunter Lowry

Elle voulait quelque chose que je ne pouvais pas être,

Elle voulait plus que le meilleur de moi.

Elle voulait des rubis,  ça a fait des ravages

Elle voulait des diamants, je lui ai donné du charbon

Je lui ai donné du charbon, je lui ai donné du charbon

Elle voulait des diamants, je lui ai donné du charbon

 

Elle voulait quelque chose que je ne pouvais pas donner,

Elle voulait des vies mais elle ne me laisserait pas vivre

Elle voulait de l'argent, elle voulait de l'or.

Elle voulait des diamants, je lui ai donné du charbon

Je lui ai donné du charbon, je lui ai donné du charbon

Elle voulait des diamants, je lui ai donné du charbon

 

Elle voulait quelque chose que je n'avais pas, 

Elle voulait stable mais elle s'est retrouvée sur une dalle

Elle voulait sans fin - avoir et tenir

Un chaud pour toujours, je lui ai fait froid.

Je lui ai donné du charbon, je lui ai donné du charbon

Elle voulait des diamants, mais je lui ai donné du charbon

 

LA ROUTE DES DEMONS

Stuart Pearson

il y a des histoires

Bien après minuit

Où la route se termine

Où personne ne va.

Est-ce que le vent souffle des feuilles autour

Ou quelque chose de plus seul ?

Tournoyant au son de la valse hurlante de l'inconnu.

 

il y a des anges

Qui dansait avec les diables

Dans un relais routier

Le désert englouti tout entier.

Les murs sont gris et croulants,

Où le sexe et la violence coulaient

Des affreuses balades en stop sur Demon Road.

 

il y a des marqueurs

Peut-être des tombes

Peut-être des hommages

Aux charges lourdes troublées.

La police ne répondra pas aux appels là-bas

Et les chiens ne chasseront pas les corbeaux.

Là où se termine le trottoir, commence cette Demon Road.

PASSER LA BOUTEILLE

Stuart Pearson / Hunter Lowry

Passe-moi la bouteille

Pauvre garçon, tu as l'air à moitié mort

Tu sais c'est très dangereux

Tenter de fuir avant que votre cause ne soit plaidée.

Passe-moi la bouteille

J'ai entendu dire que tu n'aimes plus le whisky

Après tous les fantômes de tous les damnés

J'ai commencé à traîner devant ta porte.

 

Le verdict est dans les livres,

La tombe est déjà creusée,

Votre corps est au bord du gouffre.

La vie ne fait que passer,

En un clin d'oeil

Il n'y a plus qu'à boire.

 

Nie tout ce que tu veux

L'évasion n'est pas un choix

Vous avez entendu le claquement de la porte.

Chaque homme est un caillou

Et chaque femme apporte de l'eau

Quand la meule commence à grincer.

 

Passe-moi la bouteille

Ne laisseras-tu pas le tour à un autre homme ?

Il ne sert à rien de ne rien retenir

Quand vos ponts auront tous été brûlés.

Passe-moi la bouteille

Vous pouvez pleurnicher et vous pouvez plaider.

Mais il n'y a pas d'endroit où tu puisses te cacher,

Quand les démons seront enfin libérés.

LA PLUIE NE VOYAGE PAS SEULE

Stuart Pearson

Je peux entendre chaque goutte de pluie,

Frapper sur le toit de tôle,

Chanter toutes les chansons les plus tristes.

Mais vous n'entendrez pas de solution,

Juste un autre souvenir,

Parce que la pluie ne voyage pas seule.

 

Je peux entendre les vieux pleurer,

comme une harmonie,

Avec de nouveaux visages, je le blâme.

Et je suppose que je suis sur un poney, courant plus vite que moi,

Parce que la pluie ne voyage pas seule.

 

La pluie ne voyage pas seule,

La pluie ne voyage pas seule.

Tu peux menacer et prier mais ça reviendra un jour,

La pluie ne voyage pas seule.

 

Je peux élever mes souhaits à une place plus élevée,

Jurant que je ne répéterai pas mes torts.

Mais ce fantôme de chaque retraite

Juste s'assoit et secoue ses chaînes,

Et dit "la pluie ne voyage pas seule".

 

Chaque seconde charnue,

Chaque heure de respiration,

Vient un autre test d'espoir.

Alors je boutonnerai ma veste

Et je couvrirai mes oreilles.

Parce que la pluie ne voyage pas seule.

EN BAS DANS LE TROU

Stuart Pearson / Hunter Lowry

Entre le bourreau

La loi est juste

Mes os sont du gravier

Mon âme est poussière

Pas le temps de protester, le vent souffle froid

Alors que je descends

dans le trou

dans le trou,

dans le trou,

dans le trou.

 

Un millier de corbeaux composent mon manteau

La langue d'une vipère se trouve dans ma gorge

Mon sang est de la sciure, mon cœur est du charbon

Alors que je descends

dans le trou 

dans le trou,

dans le trou,

dans le trou.

 

Et je descends,

dans le trou,

dans le trou

dans le trou

dans le trou

 

Tu ne peux pas m'effacer, je laisse une tache

Tatouage en profondeur des os de votre chagrin et de votre douleur

Tu brûles mon corps  mais je reste

Et tu descends

dans le trou,

dans le trou

Oui tu descends

dans le trou,

dans le trou

dans le trou.

Toutes les performances de Stuart Pearson

Toutes les chansons

(c) Musique Hollywood Trax 2020

bottom of page