top of page

"American Gothic"une interview exclusive
par Illustrate Magazine

 

"Dark Americana 2 : Mojave", deuxième volet d'une série sur l'Amérique qui a mal tourné, est l'album le plus récent de Stuart Pearson. Par rapport à l'album précédent ("Dark Americana : Stories and Songs"), il est imprégné d'un Americana plus contemporain, mais il contient toujours des chuchotements de chansons folkloriques et des avertissements d'il y a un siècle.  Il y a des allusions à Leonard Cohen, Nick Cave et Tom Waits mélangées aux fantômes des années 1800. Ces chansons sur les mauvais choix, les mauvaises personnes et les mauvais résultats sont des ballades meurtrières. "Dark Americana : Stories and Songs" a été publié précédemment par Hollywood Trax et Manhattan Production Music. Les mythes américains d'Andrew Wyeth et d'Edward Hopper sont combinés dans cette collection pour créer une imagerie sinistre et sombre. Il est rempli de violon, banjo, dulcimer et guitare tremelo. Un baryton sinistre est encadré par des bruits de métal et de pas dans un mélange psychédélique de bluegrass, de country folk et de ballades de film noir.  Un son rouillé, hanté et troublant. Après "Mojave" et "Stories and Songs", le single "Devil Whammy" est sorti le 29 juillet sur tous les services de streaming. Il s'agit du troisième single de ce qui sera son troisième album Dark Americana, provisoirement appelé "American Gothic".  Un rythme puissant "4 on the floor", une guitare pedal steel, une voix grave et profonde et une accroche directe et mémorable se combinent pour vous rappeler vaguement le Velvet Underground. Bien sûr, c'est une chanson dansante sur le diable qui possède quelqu'un ! Découvrez le single "Devil Whammy :" et l'interview exclusive ci-dessous :

1. Je sais que vous travaillez sur votre nouvel album "Dark Americana : American Gothic" en ce moment. Vos deux derniers albums s'intitulaient "Dark Americana : Stories and Songs" et "Dark Americana : Mojave". Qu'est-ce que "Dark Americana" ?

 

STUART PEARSON : Dark Americana est en quelque sorte le côté sombre du rêve américain. Elle se situe quelque part entre le mal et le moins mal. Il y a généralement un meurtre quelque part et tous les jours c'est Halloween. On parle beaucoup de tombes et d'alcool. Ce sont des goules bien intentionnées qui vivent dans votre malle à vapeur au bord de votre lit. C'est cette sensation bizarre que quelque chose vient de vous frôler, mais il n'y a rien. Pensez à Willie Nelson comme à une poupée Chuckey. Ou Johnny Cash comme... eh bien, Johnny Cash.

2. Votre nouvelle chanson "3 Feet From A Vein (Seldom Seen Slim)" sort sur tous les services de streaming le 9 septembre. Que pouvez-vous nous dire à son sujet ?

 

STUART PEARSON : C'est le dernier titre de "American Gothic". "3 Feet From A Vein" est librement inspiré d'un personnage réel nommé Seldom Seen Slim, qui était un prospecteur légendaire du Nevada.  Il a vécu seul dans une ville fantôme pendant 50 ans, creusant dans la mine d'argent abandonnée de Ballarat. Une fois par mois, il parcourait 30 miles pour se ravitailler - eau, essence pour sa voiture, nourriture et tabac. Il se baignait deux fois par an et aimait sa vie. Il y a quelque chose d'étrangement inspirant chez lui ; il a fait ce choix de solitude extrême que vous et moi trouverions inacceptable. La chanson parle du moment où il passe dans l'autre monde, avec des anges à son chevet. La chanson vous donne une bonne idée de la façon dont sonnera American Gothic - légèrement drogué, légèrement surnaturel.
 

3. Le premier album "Stories and Songs" avait une saveur de country presque lysergique. Votre dernier album "Mojave" avait un son plus moderne et semblait se concentrer sur la décadence et la menace des villes du désert californien. Est-ce que "American Gothic" va être plus similaire ? Jusqu'à présent, vous avez sorti "Where Are You", "Devil Whammy" et "We Are The Falling Rain" d'American Gothic et ils sont tous assez différents les uns des autres. Y a-t-il un thème pour le nouvel album ?
 

STUART PEARSON : Eh bien, oui, il y a un thème, je suppose que vous pourriez l'appeler "L'Amérique sous une pleine lune", bien qu'il continue à se transformer en moi au fur et à mesure de son développement. Les USA deviennent fous. Rapidement. Au début, j'allais aborder cela en créant un album de chansons de carnaval et des personnes qui vivent et travaillent dans les carnavals/circuits itinérants. C'est ainsi qu'est née "Where Are You". Il y a un caliope effrayant au milieu d'un texte vraiment dérangeant écrit par ma femme et partenaire Hunter Lowry. Au départ, c'était une valse staccato avec des cuivres, comme cette vieille chanson de Screaming Jay Hawkins "I Put A Spell On You", puis Hunter m'a demandé de sortir la batterie et les cuivres et boum ! La chanson était terminée. Ensuite, "We Are The Falling Rain" est née d'une vieille idée que j'avais eue il y a 6 ou 7 ans et un texte vraiment pugnace m'est tombé dessus à propos de l'Amérique crédule et en colère. Il y a un super violon joué par Dan Hamilton à Nashville. Il fait vraiment s'envoler la chanson. Malheureusement, la version que j'ai publiée n'était pas tout à fait au point, de sorte que la version finale de l'album sera très différente. Puis "Devil Whammy" est sorti de nulle part. Hunter a dit quelque chose à propos de quelque chose et quand elle a prononcé l'expression "double whammy", j'ai pensé qu'elle avait dit "Devil Whammy" et la chose a été écrite en 20 minutes environ (ce qui se voit). C'est stupide, mais ça aime être stupide. C'est bien de faire quelque chose d'un peu léger pour changer, même s'il s'agit de danser avec le diable.


4. Quel est votre point de vue sur le rôle et la fonction de la musique en tant que véhicule politique, culturel, spirituel et/ou social - et essayez-vous d'aborder l'un ou l'autre de ces thèmes dans votre travail, ou êtes-vous purement intéressé par la musique en tant qu'expression de l'art technique, de la narration personnelle et du divertissement ?

STUART PEARSON : La musique touche le cerveau du lézard dans nos têtes, elle s'infiltre donc dans tout ce que nous faisons. Elle touche la politique parce que la musique, au fond, est un vendeur de voitures d'occasion. Elle vous incite à lever le poing, à danser avec un inconnu ou à promettre de ne plus jamais faire... *cette* ... (vous devrez remplir ce blanc vous-même). La culture est toujours entourée de musique, tout comme la religion. Je pense que la musique est peut-être la force primitive de la société - différents animaux émettent des sons, des gazouillis, des aboiements pour communiquer.  Avec les humains, même si nous pouvons former des mots (je ne sais pas si c'est une bonne chose), nous choisissons toujours de nous lier par la musique.  C'est le véritable groupe sanguin universel.

La musique est comme un tableau. Elle peut être décorative ou émouvante.  Il n'y a rien de mal à choisir l'un ou l'autre. Il y a des chansons que vous aimeriez exposer au-dessus de votre cheminée et d'autres que vous voulez utiliser comme une arme. Cela dépend de l'auditeur, qui devient alors le musicien ultime. Un tuyau n'est utile que si quelqu'un le manie. Si un jodleur tombe dans la forêt, fait-il un bruit si personne n'est là pour l'entendre ?


Un de nos chats pleure et gémit lorsque je ne le laisse pas entrer dans mon studio.  Au début, c'est un cri de chat classique. Puis il commence à pousser des cris musicaux - les cris montent et descendent en hauteur, avec toutes sortes de variations, jusqu'à ce que j'abandonne et le laisse entrer. C'est intentionnel ; il "travaille la pièce". C'est fascinant d'assister à l'évolution d'un chat en temps réel.

5. Avez-vous le sentiment que votre musique vous apporte autant d'épanouissement que la quantité de travail que vous y consacrez, ou attendez-vous quelque chose de plus ou de différent à l'avenir ?

STUART PEARSON : Si vous faites de la musique dans le seul but d'en retirer quelque chose, vous devriez poursuivre une carrière passionnante dans la restauration rapide. Les écrivains doivent écrire. Les chanteurs doivent chanter. Les joueurs de banjo doivent jouer du banjo, quel que soit le coût humain. Après l'explosion nucléaire, les seules choses qui resteront seront un guitariste et des cafards. Et les cafards demanderont constamment si le guitariste sait jouer "Hotel California". Donc, il ne s'agit pas vraiment de mesurer ce que vous obtenez en retour en faisant de la musique. L'argent, c'est bien. Mais il s'agit de finir une chanson et de chercher la suivante. C'est ça, la récompense.

6. Pouvez-vous décrire votre processus de création ? Comment commencez-vous généralement et comment transformez-vous vos idées en une chanson complète ? Commencez-vous généralement par une mélodie, un rythme ou un récit dans votre tête ? Et collaborez-vous avec d'autres personnes dans ce processus ?

Ma femme/partenaire Hunter est ma collaboratrice. Elle a commencé à écrire des chansons lorsque nous nous sommes rencontrés. Elle est devenue une très bonne compositrice. Je l'ai forcée à le faire lorsque nous avons commencé à nous fréquenter - je me suis dit que c'était un moyen de la faire revenir ! Elle doute parfois d'elle-même et je lui cite alors certains de ses propres textes formidables. Je suppose que tous les écrivains doutent d'eux-mêmes. Elle me rappelle l'époque où j'ai commencé à écrire des chansons. Sauf qu'il m'a fallu environ 400 chansons pour finalement en écrire une bonne. Elle l'a fait après quelques tentatives !

7. Pour la plupart des artistes, l'originalité est d'abord précédée d'une phase d'apprentissage et, souvent, d'émulation des autres. Comment cela s'est-il passé pour vous ? Comment décririez-vous votre propre développement en tant qu'artiste et créateur de musique, et la transition vers votre propre style, connu sous le nom de Dark Americana ?

STUART PEARSON : Eh bien, j'écris des chansons depuis que j'ai 12 ans. J'ai une relation étrange avec les notes de musique et les accords. J'étais épileptique quand j'étais enfant et je pense que les médicaments que je prenais ont reconnecté mon cerveau. Une note peut avoir une couleur. Un accord peut ressembler à un arc-en-ciel ou à un seau de boue tourbillonnante. Je peux voir à travers - c'est très transparent, mais c'est là - un peu comme un seltzer aromatisé. Alors quand j'ai commencé à taper sur le piano familial, c'était une petite expérience psychédélique pour moi. Heureusement, les accords me paraissaient très jolis, sinon j'aurais pu devenir un Stockhausen. En fait, ça aurait pu être génial. Mince. Ah bon.


Une fois que j'ai quitté New York pour la Californie, j'ai commencé à écrire plus sérieusement et j'ai essayé de trouver différents concepts sur lesquels écrire, au lieu de me contenter de chansons d'amour. La plupart des gens ne le savent pas, mais il n'y a que trois personnes qui écrivent des chansons d'amour dans le monde aujourd'hui. Et elles sont très, très occupées.


Je ne le savais pas à l'époque, mais en 1996, j'avais un groupe appelé "Through the Woods" qui jouait de la musique Americana sombre. Nous étions étranges - le groupe comptait 4 ou 5 membres (qui changeaient constamment) et nous jouions de 19 instruments sur scène. Nous étions une sorte de folk moderne, mais mes paroles étaient assez peu conventionnelles. Des tueurs en série, des gens du carnaval, des choses qui ressemblent à des meurtres. 


Des années après la séparation de TTW, j'ai commencé à chercher une nouvelle direction. J'ai sorti un album de hard rock/punk, j'ai recréé des émissions de radio de 1968 et 1983, j'ai écrit et mis en scène une comédie musicale d'improvisation à Los Angeles (une très brève série - quel moyen rapide de perdre de l'argent !) et je n'avais pas vraiment l'impression d'avoir trouvé mon point d'attache à travers tout cela.  Puis Manhattan Production Music/Hollywood Trax m'a demandé d'écrire un album de musique Dark Americana après avoir entendu ma chanson "Rise and Fall" (elle figure sur l'album "Stories and Songs") et les choses ont cliqué. J'ai donc bouclé la boucle avec la série Dark Americana.
 

8. Alors, "American Gothic" est-il un résumé de votre voyage dans l'Amérique sombre ? Est-ce le dernier de la série ?  Que sortirez-vous ensuite ?

STUART PEARSON : Je ne pense pas que ce sera la fin de la série Dark Americana, bien que les choses fonctionnent généralement par "trois" dans la nature. Trois petits cochons, trois larbins, trois points après l'utilisation du mot "etc"... Je dois voir si "American Gothic" est complet - s'il reste quelque chose à dire. Ça devient sombre par endroits - même pour moi. Il y aura des trucs de gothique occidental, du feedback, des guitares qui s'entrechoquent, le tout mélangé à de l'accordéon, du banjo, du dulcimer. Il se peut que j'utilise mon singe batteur sur un morceau.  C'était mon batteur lorsque je jouais dans des cafés en Californie du Sud. Cette satanée chose fonctionne toujours après au moins 500 représentations ! Carlos est un soldat.

J'ai l'intention de publier une nouvelle chanson d'American Gothic toutes les 4 à 6 semaines jusqu'à ce qu'elle soit terminée. Si quelqu'un est intéressé, il peut suivre la progression sur mon site web www.stuartpearsonmusic.com. Je le mets à jour chaque fois qu'une nouvelle chanson est en cours d'élaboration. La prochaine sortie sera probablement "Miracle Water", sur un prédicateur américain avec une ligne de produits dérivés. Mais ce pourrait être "Runaway Girl", que j'ai commencé il y a deux jours. Il y a une chanson qui s'appelle "Coming Together (While Falling Apart)" qui est simultanément dans trois clés et trois signatures temporelles - ça peut paraître confus, je sais. C'est déroutant. Mais ça marche.

9. Quelle a été la chose la plus difficile que vous ayez eu à endurer dans votre vie ou votre carrière musicale jusqu'à présent ?

STUART PEARSON : Me rappeler que le succès est mesuré par la façon dont vous vous sentez par rapport au travail que vous produisez - et non par le résultat réel de ce travail. Savoir qu'à un moment donné dans le futur, j'aurai écrit ma dernière chanson. Je ne saurai probablement pas que c'est ma dernière chanson à ce moment-là. Ne serait-ce pas terrible si vous saviez qu'une chanson est la dernière que vous écrivez ? Jeebus Crepes, ce serait un crève-cœur.

10. A contrario, que considéreriez-vous comme une réussite, une fierté ou un point important dans votre vie ou votre carrière musicale jusqu'à présent ?

STUART PEARSON : Je pense que je suis le plus fier du fait que même après toutes ces années, je continue à faire de la musique. Et elle semble s'améliorer et devenir plus aventureuse. Du moins pour moi. Plus personne ne me jette de légumes pourris, donc c'est bon signe.
Au fait, en parlant d'eau de seltz aromatisée, Hunter a lu un commentaire quelque part qui la décrivait comme "boire des parasites de télévision pendant que quelqu'un à côté crie le nom d'un fruit". J'adore ça.

continuer à lire Site du magazine Illustrate

LIRE PLUS ARTICLES

bottom of page